Théorie queer et cultures populaires.

De Foucault à Cronenberg. / 2007

Littérature, cinéma, sémiotique, psychanalyse, études sur le genre, féminisme queer, depuis les années 1980, Teresa de Lauretis, universitaire italienne enseignant aux États-Unis, porte une pensée critique au travers de tous ces champs. Elle relit Freud à partir des épistémologies lesbienne et gaie, en lui empruntant ses théories du fantasme et de la pulsion. Elle revisite Gramsci, Foucault ou Althusser, s’appropriant, croisant et hybridant les apports, construisant une conception du sujet de part en part social et psychique.
Ce premier recueil de textes publié en français par Pascale Molinier et traduit par Marie-Hélène Bourcier tente de rassembler plusieurs aspects fondamentaux de sa pensée. Dans « Technologie de genre », Teresa de Lauretis montre comment le genre est construit comme représentation par des « technologies sociales, des appareils technico-sociaux ou bio-médicaux », et en même temps subjectivé par chaque individu. Avec « Théorie queer : sexualités lesbiennes et gaies » apparaissait en 1990 la première occurrence du terme « Queer Theory » dans le domaine des études sur le genre. Enfin, dans « Culture populaire, fantasmes public et privé », prenant pour objet le film de David Cronenberg M. Butterfly, elle confronte l’effet des formes culturelles populaires à celui des fantasmes privés.
Attentif au sexuel comme énigme, à la culture comme force sociale, le travail de Teresa de Lauretis, toujours au plus près de sa propre expérience, excède souvent son objet pour éclairer l’ensemble des représentations et des rapports sociaux qui nous construisent comme individus.

Tr. Marie Hélène Bourcier, with an introduction by Pascale Molinier

Paris: La Dispute, 2007
ISBN: 978-2843031137
Number of Pages: 189

Théorie queer et cultures populaires.